FRACTURE DU COL DU FEMUR

La fracture du col du fémur est extrêmement courante, surtout chez les personnes âgées dont l’os
est fragilisé par l’ostéoporose. La plupart du temps cette fracture est la conséquence d’une chute.
Cependant un patient jeune, lors d’un traumatisme important, peut aussi en être victime.

DIAGNOSTIC:

Les signes cliniques sont :

La douleur importante.

L’impotence fonctionnelle : impossibilité  du patient de mobiliser son membre inférieur.

Le membre inférieur est généralement raccourci et en rotation externe.

La radiographie du bassin et de la hanche confirme le diagnostic clinique.

 

LE TRAITEMENT:

La fracture du col du fémur est une urgence chirurgicale.
Le traitement est différent selon l’âge du patient et le type de fracture:
Chez une personne jeune, le traitement a pour but de consolider la fracture et de préserver la vitalité de la tête fémorale.
Chez une personne âgée, le but est de restaurer son autonomie le plus rapidement possible à fin d’éviter les complications liées à un alitement prolongé et à la dégradation de son état de santé.
La chirurgie répond au mieux à ces impératifs. C’est pourquoi l’intervention est rapidement programmée après le diagnostic.
Le chirurgien orthopédique peut choisir entre deux solutions:

 

  • L’OSTEOSYNTHESE:

Elle consiste à solidariser les deux fragments osseux du fémur fracturé à l’aide de vis ou des clous.
C’est le traitement des fractures de la région trochantérienne.

  • LA PROTHESE TOTALE DE HANCHE:

Elle est indiquée dans les fractures cervicales.

LES COMPLICATIONS:

Les complications possibles après l’intervention.

Tout est mis en place pour que l’évolution soit favorable et que la personne opérée marche à nouveau le plus rapidement possible. Cependant l’intervention chirurgicale et l’hospitalisation peuvent avoir des complications, plus particulièrement chez la personne âgée.

Complications générales:

Elles sont favorisées par l’hospitalisation et l’alitement prolongé :

  • La phlébite;
  • L’infection pulmonaire ou l’infection urinaire ;
  • Les escarres (plaie de la peau liée à sa compression prolongée) ;
  • La confusion mentale ;
  • La perte d’autonomie ;
  • L’aggravation d’une maladie déjà existante (exemple : problème cardiaque, aggravation d’un diabète…).

Complications orthopédiques:

Il arrive que la fracture n’évolue pas favorablement. Plusieurs situations peuvent alors survenir :

  • La pseudarthrose c’est-à-dire la non consolidation de la fracture. Elle nécessite une nouvelle intervention chirurgicale ;
  • La nécrose de la tête fémorale. Elle est souvent consécutive à une fracture déplacée du col du fémur. Elle apparaît dans les deux années qui suivent et se traduit par des douleurs de l’aine et une difficulté à marcher de plus en plus importante ;
  • L’infection osseuse ou articulaire. Elle peut se développer rapidement, lorsque la contamination se produit au cours de l’intervention chirurgicale.
  • Complications liées à la prothèse:

la luxation

L’usure: