L’ acromioplastie de l’épaule

L’ACROMIOPLASTIE :

Un acromion agressif avec une forme courbe constitue parfois un vrai bec osseux qui réduit l’espace de glissement et irrite les tendons . Le conflit sous acromial découle d’un contact excessif et répété entre les tendons et l’acromion. Il engendre une inflammation des tendons et peut aboutir à leur rupture. Il se manifeste par une douleur et une difficulté à lever le bras.

En cas d’échec du traitement médical ( repos, AINS, Infiltration et rééducation), une acromioplastie peut être proposée.
Le but de l’acromioplastie est de créer plus d’espace pour la coiffe des rotateurs en réalisant une bursectomie et une résection  du bec acromial. L’inflammation tendineuse diminue, ce qui conduit au soulagement de la douleur,  à la récupération de la mobilité et à l’utilisation normale du bras.

INTERVENTION :

L’intervention est réalisée en ambulatoire.

Au bloc opératoire, sous anesthésie générale et loco-régionale.

A travers deux petites incisions, l’une pour la caméra et l’autre pour l’instrumentation.

Dans un premier temps, le chirurgien inspecte toute l’articulation et fait le bilan complet des lésions. Ensuite une bursectomie et une acromioplastie sont réalisées à l’aide de fraises motorisées ( cf. vidéo acromioplastie).

En fin d’intervention, les deux cicatrices sont fermées.

Le membre est maintenu par une écharpe à visée antalgique.

SOINS POST-OPERATOIRES :

  • Un traitement à base d’antalgiques et d’anti-inflammatoires vous est prescrit et doit être pris de façon systématique pendant les 48 à 72 premières heures. Ce traitement vous est proposé par la suite en fonction des douleurs.
  • Une rééducation passive et active est entreprise dans les 48 heures par un kinésithérapeute.
  • La cryothérapie.
  • La reprise du travail peut être envisagée à partir de 45 jours en fonction de l’évolution clinique.

RISQUES ET COMPLICATIONS :

  • L’infection : reste exceptionnelle.
  • La raideur et l’algodystrophie.
  • Les complications nerveuses.